EDITO - Un monde qui bouge lentement mais sûrement

Dans les médias, l'accent est souvent mis sur le secteur privé, réputé dynamique et mouvant, le secteur public restant en retrait. C'est un tort. Le secteur public est loin d'être en reste lorsqu'il s'agit de transformation numérique, même s'il ne colle pas forcément au rythme d'évolution du secteur privé.

Certes, le secteur public est soumis à des règles bien particulières et un peu lourdes, notamment aux appels d'offres, qui grêvent les délais et donnent cette impression de manque de dynamisme. Mais le mouvement vers la transformation numérique est bel et bien en marche dans ce secteur aussi. Par exemple, l'un des premiers domaines dans lequel les plateformes de dématérialisation ont été adoptées, ce sont les achats, du fait de l'obligation de dématérialiser les appels d'offres.

En outre, il s'agit d'un secteur très vaste sur le plan fonctionnel : dans une ville de taille moyenne par exemple, aux côtés des applications de gestion comptable et financière ou du SIRH, on va dénombrer pas moins de 150 à 200 applications métier, allant de la gestion du courrier jusqu'à celle des tickets de cantine scolaire en passant par l'urbanisme, les élections, la police municipale, les transports, le lien avec les administrations centrales, l'éducation, la santé et même la gestion des cimetières ou des fourrières. Des applications de plus en plus souvent hébergées dans le cloud, d'ailleurs contrairement à une autre idée reçue.

Le secteur public est soumis à des obligations réglementaires et légales, comme la LOLF (Loi Organique relative aux Lois de Finances) ou la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République, confiant de nouvelles compétences aux régions et renforçant les intercommunalités. Si l'on y ajoute la baisse chronique depuis de nombreuses années maintenant de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) et la suppression annoncée de la taxe d'habitation, source majeure de revenus pour les collectivités locales, on peut dire l'État les pousse à rechercher une forme de productivité et indirectement à accélérer leur transformation numérique. C'est donc un monde qui bouge et dans lequel les enjeux sont importants, bien que différents de ceux du privé.

Et les budgets suivent la même ligne. Nombreux sont les acteurs du marché qui ne s'y sont pas trompés et proposent des solutions adaptées aux collectivités locales. Il en va de même du CXP, qui a bien saisi ces enjeux et le dynamisme sous-jacent du mouvement du public vers le numérique. C'est pourquoi depuis cinq ans déjà il organise une « Journée secteur public » destinée aux décideurs IT et métiers de ce secteur. Cette année, elle aura lieu le jeudi 12 octobre et proposera des tables rondes, des ateliers, des conférences interactives ainsi que des conseils personnalisés via des entretiens individuels avec des experts. Quelques-unes des thématiques de cette édition : la modernisation de la gestion des services techniques, la dématérialisation de la relation usagers et des services associés, mais aussi des sujets moins spécifiques, comme l'optimisation des processus clés de la DSI ou comment mettre la donnée au service de la performance opérationnelle.

Au fil des éditions, cette journée généralement très prisée par les participants est devenue un rendez-vous incontournable.

S’inscrire à l’événement

Commentaires

Publier un nouveau commentaire