INTERVIEW - Florent Voignier, Indexima - « Indexima, accélérateur du décisionnel »

Indexima est une jeune société française, éditrice d’une solution informatique éponyme Indexima, un moteur BI pour accélérer les requêtes sur le Big Data. A l’occasion de cette nouvelle année, nous avons rencontré Florent Voignier, le fondateur de l’entreprise, qui nous a présenté les fondamentaux de sa solution ainsi que les cas d’usages pour lesquels Indexima est le facteur de succès de la solution décisionnelle.

Pouvez-vous en quelques mots nous expliquer comment est né Indexima ?

Florent Voignier. Indexima est une entreprise créée en 2016 autour d’une idée simple : les bases de données Hadoop sont performantes pour stocker à un prix raisonnable de grands volumes de données, mais elles sont perfectibles lorsqu’il s’agit de mettre ces données à disposition des outils de Data Visualisation. Les approches de type Datamart multiplient les volumes de données, ce qui n’est pas souhaitable dans un contexte Big Data, aussi nous avons opté pour une architecture à base d’index optimisés. C’est comme cela qu’est né Indexima et qu’il a été présenté la première fois au salon Big Data à Paris en 2016.

Comment s’installe la solution Indexima et quels sont les bénéfices auxquels il est possible de s’attendre ?

F.V. La solution Indexima s’installe directement sur le cluster Hadoop, entre les bases de données Hadoop et l’outil de restitution, toutes solutions de Business Intelligence qui acceptent un driver Hive (ODBC ou JDBC). Pour accélérer les requêtes, les architectes IT proposent en général de multiplier le nombre de serveurs sur le cluster Hadoop, par extensibilité - scalability - horizontale. Cela a un coût et ce n’est pas toujours très efficace. Notre solution permet à l’outil BI d’interroger Indexima qui se charge de rechercher dans Hadoop les informations nécessaires. Nous proposons à travers nos index de monter In-Memory, en mémoire, les informations pertinentes pour la sélection des données et d’ainsi d’accélérer les temps de réponses par 10 et parfois par 1000.
 

La compétition est rude et l’écosystème Hadoop très dynamique, en quoi la solution Indexima peut-elle se démarquer en France ?

F.V. La solution Indexima arrive à point nommé. En France, les projets Hadoop ont montré leur valeur ajoutée lors de Proof Of Concept, et sont désormais en production. Ils rencontrent alors des problèmes de production : certains utilisateurs se plaignent des temps de réponses, d’autres du modèle de données confus, d’autres encore d’une couche sémantique incomplète. Deux startups américaines, Kyvos Insights et AtScale, tentent de répondre à ces besoins par des cubes, des structures de données préconçues et très consommatrices de ressources disques, rendant l’infrastructure du système plus complexe. D’autres ont tenté sans succès de résoudre ces problèmes en utilisant ElasticSearch. L’investissement sur ces projets est conséquent et nous pensons leur venir utilement en aide. Notre solution est peu intrusive et vient par logiciel optimiser les temps de réponses sans modifier le modèle de la base de données ni les tableaux de bords déjà développés dans l’outil BI.

Quels sont les cas d’usages les plus fréquents avec la solution Indexima ?

F.V. Le fait d’améliorer drastiquement les temps de réponses offre un confort d’utilisation pour la Data Visualisation et permet de nouveaux cas d’usages pour la Data Discovery. Le reporting est plus rapide, les tableaux de bords sont plus dynamiques et l’analyse des données s’en trouve facilitée. En utilisant Indexima, les Data Scientists peuvent créer leurs propres requêtes SQL, leurs propres index, leurs propres jeux de données et réaliser leurs propres scénarios de simulation sur de grands volumes de données. D’autres projets comme les tableaux de bords en situation de mobilité - la BI Mobile ou la BI dans le Cloud - exigent des temps de réponses exceptionnels. La latence des réseaux et le grand nombre d’utilisateurs connectés rendent ses projets difficiles et leur optimisation complexe. Un dernier cas d’usage serait celui d’une BI agile, car la construction dynamique des index permet de s’affranchir d’une modélisation contraignante, apportant ainsi une grande souplesse aux projets BI.

 
Indexima : exemple de tableau de bord utilisant plus d’un million d’enregistrements

 

En plus des performances techniques, quelles sont les autres atouts de votre solution ?

F.V. L’accélération des temps de réponse peut non seulement sauver des projets qui peinent à être adoptés par les utilisateurs, mais permet aussi de générer des économies. Sur des infrastructures en mode SaaS comme Azure ou Amazon, dont le coût varie en fonction des ressources sollicitées, le gain est considérable : avec plus de performances et moins de ressources, moins de CPU, moins de VM, c’est l’assurance d’un coût d’exploitation réduit.

Les index ont les capacités à être rafraîchis en temps réel, aussi il est tout à fait possible d’imaginer des scénarios d’usages proches du temps réel et des tableaux de bord alimentés en quasi temps réel ou embarqués dans des solutions métiers, BI embedded.

Hadoop n’est pas une base de données très sécurisée. Nous proposons plusieurs manières d’intégrer de la sécurité en nous appuyant soit sur le protocole Kerberos soit à partir d’une table Hive d’habilitations. Nous pouvons ainsi gérer la sécurité au niveau de l’accès aux tables, aux colonnes ou encore à certaines lignes de la table.

Quelle est la cible de vos clients et quel est votre interlocuteur privilégié ?

F.V. Deux clients utilisent déjà notre solution en production, Mappy et Natixis. Mappy présentera son retour d’expérience au Salon Big Data les 6 et 7 mars 2017 au Palais des Congrès de Paris. Nos interlocuteurs sont principalement des DSI même si les besoins émanent principalement des métiers qui se plaignent des mauvais temps de réponses.
 

Quel type de tarification proposez-vous ?

F.V.   La tarification est fonction du nombre de nœuds Hadoop connectés à la solution Indexima, sous forme d’un abonnement annuel. Tous les nœuds du cluster Hadoop ne sont pas comptabilisés, uniquement ceux qui participent à la solution décisionnelle.

Quels services apportez-vous aux clients ?

F.V. Indexima propose tout d’abord du conseil car la solution est très novatrice et nécessite d’être expliquée. Vient ensuite la mise en place d’un démonstrateur - un PoC, Proof Of Concept - pour démontrer les gains apportés par la solution. Puis nous proposons des prestations pour la mise en œuvre de la solution ainsi que des séances de formation : prévoir une semaine de formation pour l’administration complète de la solution.

Quelle est la durée moyenne de la mise en production de la solution ?

F.V. La durée de mise en œuvre dépend surtout de la disponibilité du cluster Hadoop. Si le cluster est déjà en place et que les contextes d’études analytiques sont déjà réalisés alors un démonstrateur complet peut être mis en place en moins de 3 semaines.

Avec quels types de partenaires travaillez-vous ?

F.V. Nous travaillons avec des partenaires intégrateurs comme Keyrus et Actinvision mais aussi avec des éditeurs de plateformes décisionnelles comme Tableau Software. Nous multiplions les partenariats technologiques car nous souhaitons que la prochaine version Indexima, qui sortira au premier semestre 2017, puisse exploiter un plus grand nombre de bases de données NoSQL comme Cassandra, MongoDB, ElasticSearch ou encore Amazon Redshift.

Pourriez-vous nous résumer en quelques mots votre vision sur l’avenir de ce marché ?

F.V. Le Big Data doit pouvoir être exploité de manière simple pour un plus grand nombre d’utilisateurs, et ne plus être réservé à des Data Scientists et autres spécialistes d’Hadoop. La performance et la sécurité sont désormais indispensables et très peu de solutions, à l’exception d’Indexima, apportent des réelles solutions pour ce marché.

Plus d’information sur  :

Pour plus d’informations sur ce domaine :

ETUDE COMPARATIVE - Solutions BI

DOSSIER DE RECHERCHE - DATA MANAGEMENT - Les nouveaux outils de Data Préparation

Commentaires

Publier un nouveau commentaire