YSANCE - Ingénieurs développeurs : le fonctionnel comme nouvel axe d'évolution métier

Aujourd’hui, l’informatique n’est clairement plus la préoccupation des seules DSI. L’utilisateur a depuis bien longtemps identifié ses besoins et attend des sociétés de services informatiques des réponses précises.  En entreprise, cela se traduit par des directions métiers de plus en plus exigeantes obligeant ainsi les professionnels de l’informatique à se doter de profils « hybrides » en mesure d’appréhender aussi bien les enjeux fonctionnels que technologiques des métiers.

Par Alexandra Girard, Directrice des Ressources Humaines chez Ysance
 
Au cœur d’un univers en constante évolution, les métiers de l’ingénierie informatique n’ont de cesse de se renouveler voire de se réinventer avec de nouveaux métiers comme celui de Data Scientist. A la fois au gré d’une industrie des semi-conducteurs, sources d’une puissance de calcul indéfiniment à la hausse, mais aussi d’exigences métiers toujours plus fines de la part des utilisateurs. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si UX et UI sont devenues depuis les lettres reines de l’architecture logiciel ; plus question de composer sans elles !

Et, si le marketing a repensé sa stratégie autour d’une vision « customer centric », il en est de même pour l’informatique désormais articulé autour d’une approche « user centric ».

Mais comment, avec un socle et une ADN techniques, comme c’est le cas dans les sociétés de services informatiques, peut-on s’adresser aux métiers, comprendre leurs enjeux, développer leurs projets et surtout remporter leur adhésion et leur satisfaction ? La réponse tient en deux mots : accompagnement et formation des équipes.

Une formation technique naturelle

Faire évoluer constamment leurs connaissances techniques, se former aux nouveaux langages de programmation, s’approprier de nouvelles solutions technologiques, apparaît comme une évidence pour les développeurs. Pour cela ils n’hésitent pas à se former via des tutoriels, à intervenir sur des forums ou à poster des billets sur des blogs. On a même vu, ces dernières années, se développer des méthodes de partages d’expérience comme les « brown bag lunch » où les développeurs se réunissent lors de leur pause déjeuner pour échanger sur leurs pratiques respectives. Ces rencontres rassemblent des experts venus d’entreprises différentes. Rappelons qu’au passage, au-delà de « l’amour de la profession », ces professionnels de l’informatique s’assurent ainsi le maintien de leur niveau d’employabilité.

Reste que ces profils sont encore trop techniques dans leur approche et doivent explorer les sphères fonctionnelles indispensables à l’estimation du potentiel d’un projet et à sa finalité.

Une sensibilisation nécessaire aux fondamentaux fonctionnels

Aujourd’hui, seuls les managers et chefs de projet sont en mesure d’aborder à la fois l’aspect fonctionnel et technique, faisant ainsi souvent office de « vitrine » au regard des clients et d’intermédiaires entre ces derniers et les équipes techniques. Ce schéma chronophage pourrait être repensé par la sensibilisation des profils techniques aux fondamentaux fonctionnels.

Car aujourd’hui les ingénieurs développeurs comme les consultants informatiques ne sont plus en contact qu’avec les DSI mais avec les directions métiers et les « séduire » nécessitent des qualités de l’ordre du fonctionnel et du développement personnel, comme par exemple, la capacité à vulgariser leurs connaissances techniques complexes, la prise de parole en public, la capacité à entrer dans les problématiques fonctionnelles des Métiers, l’animation d’une réunion, la gestion des conflits ou encore de la conduite du changement, etc.

Sans bien sûr chercher à remplacer la MOA ou le chef de projet, l’apprentissage des fondamentaux dans la gestion de projet est nécessaire pour gagner en fluidité et en souplesse dans les interactions avec le client, faisant ainsi gagner un temps précieux aux chefs de projet qui pourront se consacrer davantage aux missions de pilotage.

Même si beaucoup d’écoles d’ingénierie proposent aujourd’hui des formations techniques avec une composante fonctionnelle, rares sont ces profils « hybrides » expérimentés sur le marché du travail. L’apprentissage des fondamentaux fonctionnels se fait donc par le biais de formations mais aussi et beaucoup par un accompagnement interne et un travail collaboratif, les managers initiant les profils plus juniors et/ou techniques.

Avec ces formations et cette mise en pratique, ils deviendront rapidement en mesure de jauger, outre les besoins techniques, le contexte du projet, sa faisabilité et ses conditions de réussite. Les professionnels de l’informatique ont donc là une belle carte à jouer en termes d’évolution professionnelle grâce au développement fonctionnel et personnel...