Dossier - Qu'est-ce que BPMN 2.0 ?

BPMN (Business Process Model & Notation) est une norme internationale (ISO/IEC 19510 :2013) de notation des processus d’entreprise, développée et enrichie par l’OMG (Object Management Group). Sa version actuelle, 2.0, est largement supportée, à la fois par les solutions de BPA (Business Process Analysis) pour l’analyse et l’optimisation des processus et par les solutions de BPM (Business Process Management) pour l’orchestration et le pilotage des processus.
 
L’ambition de l’OMG avec BPMN 2.0 est de créer un mécanisme simple et compréhensible pour modéliser les processus tout en fournissant dans le même temps la capacité de traiter la complexité inhérente aux processus.
 
Les deux principaux objectifs de BPMN 2.0 sont ainsi de fournir :
1.  une notation facilement compréhensible par tous les utilisateurs métier : les analystes métier qui créent les versions initiales des modèles de processus, les développeurs en charge de l’implémentation technique des processus, et les collaborateurs fonctionnels impliqués dans ces processus
2.  une sémantique d’exécution pour chaque élément de la norme afin que les modèles deviennent exécutables et puissent être exécutés par un moteur de BPM.
 
Alors que BPMN 1.2 était une notation graphique non exécutable, BPMN 2.0 a évolué vers un schéma d’échange standard basé sur XML, permettant l’échange de modèles exécutables.
 
De ce fait, BPMN 2.0 constitue un pont standardisé entre la modélisation et l’implémentation technique des processus. 
 
LES PRINCIPAUX ELEMENTS DE BPMN 2.0
 
1. LES ELEMENTS DE MODELISATION DE L’ORGANISATION
 
La norme permet de modéliser les participants (services, rôles…) d’un processus avec les éléments graphiques suivants :
•  Piste (en anglais pool, parfois traduit par piscine ou bassin) qui identifie un participant au processus,
•  Corridor (en anglais swimlane, parfois traduit par ligne d’eau) qui est une subdivision d’une piste. Les corridors peuvent s’imbriquer hiérarchiquement aux pistes et à d’autres corridors.
 
2. LES ELEMENTS DE MODELISATION DES WORKFLOWS
 
Les flux de travail sont modélisés grâce aux éléments suivants :
•  activités : unités de travail qui peuvent être des tâches (de différente nature, par exemple tâche manuelle, envoi ou réception de mail, règle, service, script, etc.), des sous-processus, des transactions (ensembles d’activités placées sous le contrôle d’un protocole transactionnel).
•  flux : liens entre deux activités, à savoir flux de séquence, flux de défaut, flux conditionnel et flux de messages.
•  branchements : aiguillages qui orientent les flux, les font diverger et converger. Il existe le branchement exclusif (basé ou non sur un événement), le branchement inclusif, le branchement parallèle (basé ou non sur un événement), et le branchement complexe.
•  événements : la gestion des événements est particulièrement précise et étendue dans BPMN 2.0 qui distingue les événements de début (qui déclenchent une instance de processus), de fin et les évènements intermédiaires qui se produisent pendant le processus et peuvent influer sur son déroulement. Les événements peuvent être des messages, des erreurs, des signaux, des minuteurs... Ils peuvent interrompre ou non le déroulement des processus.
 
3. LES ELEMENTS DE MODELISATION DES DONNEES 
 
Les données traitées au cours des processus sont modélisées en distinguant :
  donnée d’entrée :  donnée externe pour l’ensemble du processus sorte de paramètre d’entrée,
•  donnée de sortie : donnée résultant de l’ensemble du processus, sorte de paramètre de sortie, 
•  objet de données : structure d’information traversant un processus et généralement traitée dans les activités comme les documents, courriels, lettres, etc., 
•  entrepôt de données : espace où le processus peut lire et écrire des données, comme une base de données ou un classeur. Son contenu persiste après la fin de l’instance du processus, 
•  collection d’objets de données : ensemble d’informations, telle une liste des articles d’une commande.
 
4. LES ELEMENTS DE LISIBILITE
 
BPMN fournit des artefacts qui permettent de compléter les informations sur les modèles de processus sans avoir d’effet sur le déroulement du processus :
•  annotation : texte associé à un élément du modèle,
•  groupe : rectangle pointillé à angles arrondis qui réunit visuellement des éléments graphiques, utilisé pour mettre l’accent sur une partie du diagramme.
 
>> L’intégralité de ce dossier est réservée à nos abonnés
 
>> Pour en savoir plus sur cette thématique, cliquez ici

 

 

 

Commentaires

Publier un nouveau commentaire