Enjeux - Les enjeux du low-code

Introduction 
 
La transformation digitale en cours accentue les pressions qui s’exercent sur les entreprises et leur fixe de nouveaux défis. Dans un contexte de très forte concurrence avec l’ouverture des marchés et l’accélération des cycles d’approvisionnement, de production et de mise sur le marché, la vague disruptive des technologies actuelles (Cloud, IA, IoT…) oblige les entreprises à se réinventer tout en étant de plus en plus réactives.
Les nouvelles exigences des clients et des collaborateurs, l’extension de la mobilité, l’accélération des échanges et la mise en œuvre des nouvelles technologies transforment la proposition de valeur des entreprises et bouleversent leurs opérations quotidiennes. Une des clés d’une transformation réussie réside dans la mise à disposition permanente de nouveaux services et de nouvelles applications à destination des clients, des fournisseurs, des partenaires et des collaborateurs. 
Mais comment délivrer rapidement de nouvelles applications par exemple lorsqu’on dispose d’une équipe informatique restreinte ? Comment répondre à la demande alors qu’on peine à trouver des talents dans les nouvelles technologies numériques et qu’on déplore une pénurie de développeurs sur le marché ? Comment éviter que les équipes métier s’équipent directement sur le marché florissant des applications SaaS en générant une informatique fantôme (« shadow IT ») incontrôlable ?
Un nouveau segment de marché s’est constitué ces dernières années pour répondre à la problématique du développement rapide d’applications : les plateformes de développement low-code qui permettent de créer des applications avec peu de programmation grâce à des outils de composition visuels
 
Les plateformes de low-code visent à répondre aux nouveaux enjeux des DSI
 
La forte progression du segment des plateformes low-code (de +40% à +44% de croissance annuelle pour atteindre de 21 à 27 Mds $ en 2022 au niveau mondial selon différentes études de marché américaines) témoigne de l’intérêt que suscitent ces solutions pour répondre aux enjeux des DSI face à l’évolution des demandes qui leur sont faites.
 
Soutenir l’innovation continue
 
Pour réussir sa transformation en tirant parti des nouvelles technologies numérique, une entreprise doit proposer très fréquemment de nouveaux services à des clients plus exigeants que jamais. Aussi les DSI se doivent aujourd’hui d’appuyer voire de propulser l’innovation dans leur organisation en délivrant rapidement et continuellement de nouvelles applications. 
 
La rapidité de mise à disposition des nouvelles applications est un facteur clé
 
Pour s’adapter à l’évolution constante des marchés et des demandes clients, les services informatiques doivent désormais fournir de nouvelles applications sur des cycles qui se mesurent en semaines et non plus en mois. De plus, le déploiement rapide des applications doit pouvoir se faire sur tous les appareils web et les différents mobiles sans avoir à adapter chaque fois les interfaces utilisateurs. La capacité à délivrer rapidement est un enjeu décisif pour ne pas se laisser devancer par la concurrence.
 
L’évolutivité des applications est également essentielle
 
Les nouvelles applications et services mis à disposition des clients, partenaires ou collaborateurs doivent pouvoir évoluer souvent, rapidement, de façon fiable et agile, pour répondre à l’évolution constante des besoins métier. Ainsi, il faut, dès le départ, concevoir les nouvelles applications dans la perspective de les faire évoluer fréquemment.
 
Les processus métier et leur évolution doivent être pris en compte dans les applications
 
Lorsqu’une application ne couvre que partiellement un processus métier et que l’on doit sortir de l’application, soit pour une validation externe à l’application, soit pour une communication non intégrée à l’application, par exemple terminer le processus par un envoi de mail non prévu dans l’application, la rupture du processus est dommageable en termes de qualité, d’efficience et de suivi. Il est donc important que les nouvelles applications puissent gérer des processus métier complets et prendre facilement en compte leur évolution (par exemple l’ajout d’un niveau de validation).
 
>> L'intégralité de ce dossier est réservé à nos abonnées.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire