Focus - ERP Cloud ou ERP SaaS - Comprendre les différences

Les éditeurs, dans leur communication, emploient souvent les mêmes termes pour évoquer des notions différentes. L’hébergement, le Cloud ou le SaaS ne sont pas des synonymes et il est parfois difficile de s’y retrouver. Or, les différences sont si profondes qu’il est impératif de les appréhender avant de choisir son ERP. Doit-on parler d’ERP Cloud ou d’ERP en SaaS ? A quoi correspondent-ils ? La confusion est fréquente.
 
ERP Cloud vs ERP SaaS : beaucoup de confusion
 
Difficile de différencier un ERP Cloud d’un ERP SaaS car en fonction des éditeurs et des intégrateurs, ces termes sont utilisés pour désigner des offres techniquement différentes et des solutions parfois fondamentalement différentes. La distinction est loin d’être évidente car l’intérêt marketing prime souvent chez certains éditeurs qui souhaitent profiter de l’image novatrice du Cloud et du SaaS. 
 
 
Certains éditeurs se réjouissent voire entretiennent l’ambiguïté : ils communiquent aujourd’hui sur des ERP Cloud, même lorsqu’il s’agit d’une simple externalisation de leur ERP historique. Pour pousser un peu plus les similitudes (et la confusion), un paiement mensuel de l’application est proposé. Attention ! Cela ne signifie pas que l’ERP est SaaS ! Il s’agit parfois d’un lissage sur trois ans par exemple des coûts d’acquisition des licences.
 
Pour d’autres éditeurs, « ERP Cloud » désigne un ERP en SaaS, mutualisé et hébergé dans un Cloud public.
 
 
L’ERP et les différents services Cloud
 
Avant de rentrer dans le vif du sujet de l'ERP dans le « nuage », qualifions ce qu'est a contrario un ERP « On-premise » : il s'agit d'un logiciel installé sur les serveurs de l'entreprise elle-même ; c'est donc un ERP sur site : voir typologie détaillée en fin de document.
 
Par ailleurs, il existe différents types de services Cloud (ou On-demand). Lorsqu’un logiciel est déployé à l'extérieur d'une société, la maintenance, le support voire d’autres services peuvent être confiés à un ou plusieurs fournisseurs. L’entreprise choisit les services qu’elle attend de ses fournisseurs. 
 
Si vous optez pour une installation dans le Cloud, différents services sont proposés selon que vous souhaitez utiliser l’infrastructure Cloud, les outils de développement des applications Cloud ou l’application Cloud elle-même. 
 
Les services Cloud sont facturés selon votre usage, la notion de consommation prend alors tout son sens : elle s'opère à la demande.
 
On parle de Cloud based ERP lorsqu’un ERP utilise un des services Cloud. L’ERP peut utiliser les différents services du Cloud : le IaaS, le PaaS, ou le SaaS.
 
 
L’ERP sur le IaaS : je ne sollicite que l’Infrastructure 
 
Ce service correspond à la mise à disposition d’une « Infrastructure as a Service ». Cela signifie que l’entreprise ne fait pas l’acquisition des serveurs de données et autres machines nécessaires à l’hébergement de l’ERP.
 
Les services associés au IaaS sont la gestion des serveurs, de la virtualisation, des disques durs, du stockage et des réseaux. Une couche de sécurité est également comprise dans cette offre IaaS, ce qui lui confère une valeur ajoutée très appréciable car toutes les entreprises n’ont pas les moyens de s’offrir un tel niveau de protection.
 
L’une des principales caractéristiques d’une offre IaaS repose sur l’élasticité de la configuration. L’entreprise peut augmenter ou réduire les capacités qu’elle sollicite auprès de son fournisseur. Cette flexibilité permet à l’entreprise de toujours disposer d’une infrastructure bien dimensionnée sans avoir à acheter de nouveaux serveurs…
 
Une autre caractéristique importante du IaaS, et qui peut séduire certaines entreprises selon leur stratégie financière, concerne le modèle d’enregistrement comptable. Le Cloud étant considéré comme un bouquet de services, les factures liées sont comptabilisées comme des dépenses d’exploitation et de fonctionnement, en OPEX1. A l’inverse, le modèle traditionnel d’acquisition des serveurs entre lui dans les dépenses d’investissement CAPEX2.
 
En lien avec les points ci-dessus, la facturation d’un IaaS est fonction de l'usage : l’infrastructure et les services « consommés » sont facturés selon l’utilisation réelle de l’entreprise : espace de stockage, nombre de serveurs, niveau de sécurité nombre d’utilisateurs etc.
 
Les différents services proposés
 
Certains services sont proposés en standard, d’autres sont optionnels. Chaque fournisseur de Cloud pourra élaborer un catalogue de services mais l’offre de base reprend généralement à minima : 
 
Pilotage des ressources ;
Gestion des ressources virtuelles ;
Supervision en temps réel, suivi des commandes et factures, suivi des demandes ;
Rapports de sécurité ;
Mises à jour des logiciels liés à l’infrastructure.
 
Les différents types de Cloud IaaS
 
Le Cloud Public : ressources et environnements mutualisés à plusieurs entreprises.
Le Cloud Privé : ressources et environnements dédiés à une entreprise ; NB : un Cloud Privé peut être interne à l'entreprise ou externalisé chez un prestataire d'infrastructure.
Le Cloud Hybride : combinaison de ressources en Cloud privé et en Cloud public.
 
Ces graphiques montrent la croissance du Cloud Privé et du Cloud Public, avec une croissance plus rapide pour le second.
 
Exemples de IaaS
 
Amazon Web Services (AWS).
Google.
IBM (Softlayer).
Microsoft.
OVH.
Rackspace

Cas particulier des ERP portés dans le Cloud

Le « portage virtuel » vers le Cloud fait référence au « transfert d’un workload (machine virtuelle ou application) d’un centre de données sur site vers le Cloud, sans apporter de modification au workload » (source : Oracle). 
Certains éditeurs communiquent sur des offres Cloud qui sont en fait des ERP On-premise portés sur le Cloud.
Comme on le verra plus loin, on peut distinguer les ERP portés sur le Cloud des ERP nativement Cloud, c’est-à-dire conçus pour le Cloud.
 
Le PaaS : j’ai besoin de l’infrastructure et d’une plateforme de développement 

Le PaaS, « Platform as a Service », est une couche installée sur le IaaS qui fournit tous les composants et l’infrastructure Cloud pour personnaliser, déployer et gérer des applications. 

Son utilisation pour développer des fonctions complémentaires autour d'un ERP ressemble un peu à celle d’un atelier de génie logiciel (AGL) ou d’un studio de développement.
Au départ, l’entreprise doit opter pour le service Cloud IaaS afin d’héberger son ERP. Quant à lui, le PaaS constitue une option essentielle pour gagner en capacité de personnalisation, d’interopérabilité, d’enrichissement fonctionnel et/ou technique… Le PaaS peut être perçu comme un service à forte valeur ajoutée concernant l’optimisation du IaaS.

Il apporte les outils de développement, le système de gestion de bases de données et les systèmes d’exploitation (langage…). Il permet par exemple de construire des Apps pour enrichir la solution ERP, des API pour l’intégrer au système d’information… Il doit être considéré par l’entreprise comme un outil de développement, de personnalisation et d’innovation. 

Les développements réalisés sont alors nativement conçus pour le Cloud. Un PaaS permet de gagner en souplesse et en rapidité de développement, mais aussi de déploiement. Les applications développées sur un PaaS bénéficient des caractéristiques Cloud : haute disponibilité, évolutivité, etc.
 
 

 

>> L'integralité de ce dossier est reservé à nos abonnées

 

[1] OPEX : "OPerational EXpenditure" : dépenses opérationnelles de l'entreprise.
[2] CAPEX : “CAPital EXpenditure : dépenses d'investissement

 

Commentaires

Publier un nouveau commentaire