PPM - NQI et IQar s'associent pour simplifier la gestion de projet et de portefeuilles

À l’heure de l’ubérisation des services, de plus en plus d’éditeurs développent des offres capables de s’adapter le plus possible aux demandes de leurs clients. Constatant que la maturité des entreprises à mettre en œuvre des projets variait fortement selon les expériences de leurs collaborateurs, l’éditeur NQI et la société de conseil IQar viennent de s’associer pour lancer une solution clé en main de management de projet et de portefeuilles, associant logiciel web et offre de services.

Côté logiciel, NQI a retravaillé son offre afin de proposer une version plus accessible de NQI Orchestra. Certaines fonctions de cet outil PPM (gestion de projets et de portefeuilles) ont ainsi été initialement masquées, et peuvent être débloquées au fur et à mesure que la maturité des utilisateurs évolue. La gestion des demandes a également été simplifiée afin que les entreprises qui débutent puissent plus facilement faire le tri entre les idées, les demandes de projets et les projets eux-mêmes. Cela leur permet ensuite de mieux optimiser leurs ressources.

Côté services, IQar apporte son expertise dans le management des portefeuilles de projets. La société a développé, en 2012 en partenariat avec Bureau Veritas Certification, un référentiel qui liste une vingtaine d’exigences que les entreprises doivent essayer de mettre en œuvre pour gagner en maturité. Elle y a également adjoint un modèle sur trois niveaux (découverte, professionnalisation, maîtrise) qui permet d’évaluer en continu les progrès de l’entreprise.
En intégrant les caractéristiques de ce référentiel dans le logiciel Orchestra, NQI et IQar espèrent intéresser des organisations encore novices en gestion de projets ou dont la principale problématique réside dans la gestion des demandes de projets, jusque-là peu développée. « L’idée est de permettre aux  entreprises n’ayant pas encore atteint leur maturité de coordonner leurs ressources à leur rythme », a indiqué Gilles Lavallou, président chez NQI.

L’avis du CXP

De nombreuses entreprises sont encore en difficulté face à la gestion de leurs projets. Selon une récente étude réalisée par le Standish Group, plus de 60 % des projets lancés au niveau international seraient encore non maîtrisés ou carrément abandonnés. Que ce soit au sein d’entités privées ou publiques, on constate également des pertes de temps et d’argent récurrentes liées à une mauvaise gestion des ressources budgétaires et humaines. Cela constitue un manque à gagner bien souvent sous-estimé qui permettrait pourtant aux entreprises d’accroître leur compétitivité. En proposant une solution simplifiée et adaptable de gestion de projets et de portefeuille, NQI Et IQar devraient donc logiquement élargir leurs propres portefeuilles… clients !

Pour en savoir plus sur cette thématique :

Etudes CXP - PPM
 

Commentaires

Publier un nouveau commentaire