Que se passe-t-il dans le monde des ERP en France ?

Ce début d’année est marqué par une multitude d’annonces dans l’écosystème ERP. Alors que le groupe Emplio vient de changer de nom après plusieurs rapprochements et devient Oslo, qu’Absys Cyborg a annoncé le rachat du groupe Arcadie ou encore que le groupe Tenor a multiplié son chiffre d’affaires par 5 en 4 ans en réalisant différentes acquisitions… les fonds et autres investisseurs continuent à miser sur les métiers de l’IT. Par exemple, le fonds Industries & Finances créait Calliopé pour réunir les activités Microsoft des sociétés 3Li, Titanium (CRM) et du groupe Diagonal, TVH Consulting annonçait l’acquisition de CADEXPERT… un peu plus tôt, Cylande et Qualiac entraient dans le giron de Cegid, lui-même racheté par un fonds spécialisé… Et alors que NetSuite rejoingnait Oracle, il en a été de même pour Sylob, Silog, Clip Industrie ou Solvaxis … rachetés par Forterro, une structure adossée à un autre fonds américain. La liste serait trop longue…
 
Que se passe-t-il dans le monde des ERP ? Pourquoi autant d’agitation ? Ces mouvements qui s’opèrent dans le monde de l’ERP engendrent la confusion dans l’esprit des dirigeants et chefs d’entreprises qui envisagent de déployer un ERP. Il est aujourd’hui très difficile d’y voir clair pour tous ceux qui ne suivent pas le mode de l’IT au quotidien. Nouveaux noms, nouvelles solutions, nouveaux acronymes…. Tout est réuni pour se perdre un peu plus tous les jours ! 
 
Ce document vous offre quelques clés de compréhension.    
 
Les principaux éditeurs internationaux d’ERP ont construit et entretenu des réseaux de distribution et de déploiement de leurs solutions, basés sur des intégrateurs généralistes (ESN) ou spécialisés, afin d’offrir à leurs clients finaux des services de proximité. Ces intégrateurs sont mono ou multi-ERP et peuvent travailler avec un ou plusieurs éditeurs. Certains d’entre eux proposent donc à leur catalogue plusieurs ERP d’éditeurs potentiellement concurrents comme Divalto, Cegid, Sage ou Microsoft, SAP... 
 
Face à des éditeurs globaux qui proposent leurs offres Cloud dont les atouts sont indéniables, quelques éditeurs français ou de taille plus modeste s’accrochent et font valoir leurs atouts, tout aussi nombreux ! Ils proposent des ERP, des services et un savoir-faire avec une proximité parfois décisive pour accompagner des PME dont le poids est souvent insignifiant face aux géants internationaux. 
 
Dans le même temps, les grands éditeurs élargissaient leurs cibles en lorgnant sur le middle market. Pour ce faire, ils adaptaient leurs offres ou en proposaient de nouvelles plus adaptées et mieux dimensionnées. Pour les plus petits éditeurs, il n’est pas toujours facile de rivaliser sur le long terme et certains éditeurs finissent par céder, pour assurer une croissance à leur société, pour assurer une continuité à leurs clients, ou par nécessité.
 
Bien que lié, le phénomène qui touche les intégrateurs est tout autre. Le Cloud, annoncé comme une véritable transformation de fond, profite désormais en France de l’inéluctable transformation numérique portée par les dirigeants de l’IT et accompagnée par les politiques. 
 
Le Cloud n’est plus un sujet de curiosité et nous enregistrons aujourd’hui des demandes d’entreprises qui bâtissent ou révisent leurs activités en fonction des caractéristiques du Cloud. Son adoption s’accélère pour tous les progiciels et en particulier pour l’ERP… relativement insensible aux buzz word.     
 
Jusque-là, rien de très compliqué. Sauf que la distribution des ERP Cloud a des impacts forts sur les partenaires distributeurs. Le rôle de l’intégrateur dans le déploiement d’un ERP Cloud change radicalement, ce qui conduit les éditeurs à sélectionner d’autres profils de partenaires ou, pour les intégrateurs en place, vers l’acquisition de nouvelles compétences, qui doivent désormais envisager une autre forme de valeur ajoutée à leurs clients. 
 
Cette transformation du paysage des ERP engendre une profonde réorganisation chez les partenaires et de nombreux rapprochements sont annoncés, entrainant parfois des changements de noms… 
 
Enfin, chaque  fournisseur, qu’il soit éditeur ou intégrateur, tente de trouver le nouvel ERP qui fera sensation… Ainsi, des solutions comme NetSuite (pas vraiment inconnu en France), Rootstock et Kenandy, tous deux basés sur la plateforme Salesforce sont déjà distribués en France et d’autres comme Acumatica, FinancialForce, etc. pourraient un jour l’être. 
 
Le Cloud et la transformation numérique des entreprises dynamisent le marché de l’IT et transforment le paysage des fournisseurs, créant des opportunités pour de nouveaux acteurs. La transformation est réellement globale puisqu’elle concerne les éditeurs, les intégrateurs et les entreprises utilisatrices.  

Commentaires

Publier un nouveau commentaire