Dossier de recherche - INFORMATION GÉOGRAPHIQUE - Les promesses du NO SQL appliqué aux SIG

Constituant le support de stockage usuel des données géographiques, les bases de données relationnelles ont peu à peu remplacé les formats propriétaires SIG voués désormais à un usage local ou à l'échange d'informations. Or, un nouveau type de bases de données est récemment apparu, répondant à de nouveaux besoins de souplesse de formalisation, de volumétrie croissante de données, de moindre structuration initiale de l’information, de plus haute performance et disponibilité : il s'agit de la technologie des bases de données dites NO SQL (Not Only SQL). NO SQL facilite en particulier le traitement de données de masse non ou semi structurées : les Big Data.

A l'heure où le monde de la géomatique est confronté à l’explosion des volumes d’information, des solutions qui permettent potentiellement d’y faire face ne peuvent être ignorées. Si la technologie NO SQL est encore peu répandue dans le monde des SIG, des fonctions NO SQL dédiées SIG existent et des éditeurs fournissent déjà des solutions dans ce domaine. Les atouts de cette technologie, qui peut être exploitée en complément des bases relationnelles, la rendent très prometteuse pour le futur.

Ce dossier de recherche, rédigé par un expert de l'information géographique, fait le point sur la technologie NO SQL dans le contexte du développement des SIG, en présentant les principes des technologies NO SQL, ses apports pour les SIG, ainsi qu'une typologie de l'offre et les probables évolutions du sujet.

SOMMAIRE

- LES PRINCIPES
- LES BESOINS
- LA TYPOLOGIE DES BASES NO SQL
- L’OFFRE ET LES ACTEURS
- LES PERSPECTIVES ET LES RECOMMANDATIONS